COMMENT PRODUIRE SA MUSIQUE POUR PAS TROP CHER

COMMENT PRODUIRE SA MUSIQUE POUR PAS TROP CHER

Article sous Creative Commons 0.

Bonjour et bienvenue dans le dossier comment enregistrer sa musique à prix modeste et la produire soi-même.

Dans ce dossier, je vous montrerai comment enregistrer dans une qualité plutôt raisonnable, chez vous, pour pas grand chose comparé au coût que peut être une session d’enregistrement classique. Attention ! Avec les outils que je vais vous donner, vous ne pourrez pas enregistrer de la musique de même qualité que dans les gros studios d’enregistrement. Ce tuto est pour ceux qui veulent maqueter des musiques ou bien faire de la musique low fidelity, si vous voulez faire de la musique qui sonne comme Muse, passez votre chemin !

Je vais me baser sur mon expérience de l’enregistrement et vous expliquer comment qu’on fait et que pourquoi c’est le bien de faire un truc comme ça.

POURQUOI FAIRE SIMPLE

Enregistrer dans un véritable studio a tout de même de nombreux avantages. Le travail d’ingénieur du son est complexe et nécessite de nombreuses connaissances théoriques et pratiques (le son est une science) pour en faire une profession et ce sont peut-être des compétences que vous ne possédez pas. Vous aurez (bien sur selon les compétences de la personne qui traitera votre son) bien souvent une qualité supérieure, un rendu de volume beaucoup plus important, un matériel de pointe, un lieu isolé et travaillé acoustiquement, une meilleure disposition des instruments dans le rendu sonore, un grain particulier ainsi qu’un regard extérieur sur le produit de votre imagination. Cependant, les contraintes sont toutefois très embêtantes. C’est bien souvent très cher (+40€ de l’heure), il faut être « parfait » lors de la prise son car le temps est compté, il faut avoir un moyen de locomotion pour trimballer tout son matos, organiser les plannings si vous êtes plusieurs à enregistrer…

Avoir un producteur/éditeur a aussi de nombreux avantages. Vous aurez plus de faciliter à trouver des contacts dans le milieu musical, c’est à dire pour l’enregistrement, la programmation de concert, la distribution de votre musique dans les magasins et la diffusion sur les différents médias. Et évidemment, s’y ajoutent aussi de nombreux désavantages notamment lié aux contrats d’exclusivité d’utilisation et de diffusion de votre musique, de production (signer pour la production de plusieurs albums dans un temps déterminé), de rentabilité…

L’intérêt de produire sa musique soi-même réside simplement dans le fait qu’entre vous et le produit fini, il n’y ait aucun intermédiaire, exit alors l’ingénieur.e du son, l’éditeur.e et autres personnes pouvant vous pomper votre temps, votre argent voire même les droits sur votre produit final. Vous êtes maître.sse de toute la chaine de production et cela vous octroie toutes les libertés de création sur une durée illimitée.

ALORS, COMMENT JE FAIS POUR ENREGISTRER MES TRUCS ?

Nous sommes dans une période intéressante où les outils de la production musicale sont accessibles au plus grand nombre. Même sans connaissance théorique sur le son, même sans un équipement de pointe, il est possible de produire soi-même ses propres morceaux, de les éditer et les diffuser.

Commençons par voir comment on peut enregistrer soi-même de la musique facilement.

Pour cela, il nous faut :

un ordinateur,

une carte son compatible avec cet ordinateur,

un logiciel d’enregistrement et de montage,

un instrument de musique avec le matériel adéquat. S’il s’agit un instrument électrique, il faudra des jacks pour le cabler à la carte son. Si c’est acoustique, il faudra prévoir un micro, peut-être un pied de micro et bien sur un cable XLR.

Concrètement, pour produire sa musique, il y a encore plus simple, il faut juste un enregistreur numérique comme un micro zoom qui capte le son et l’enregistre sur carte SD. Sinon, il y a toujours le micro des ordinateurs qui peut servir de source d’enregistrement. Plus simple encore et pour les hardcore de la musique lofi, il reste le magnétophone cassette qui enregistrera directement sur un support physique facile à dupliquer.

Il n’empêche cependant que si l’on veut pouvoir bien traiter le son de sa musique, il faut impérativement un ordinateur, un logiciel de montage audio, une carte son et du matériel d’enregistrement basique.

Pour tout ça, personnellement, je m’en suis tiré avec 700€ de matos pour enregistrer du son. Un ordinateur portable à 300€, une carte son externe à 250€ (une m-audio fasttrack pro), deux micros shure (un sm 57 et un sm 58) vendus en lot à 150€. En plus de ça, il faut compter le prix des instruments, c’est à dire une guitare à 300€ ainsi qu’une pédale multi effets qui fait aussi préampli pour 150€. Comptons aussi les cables nécessaires, 2 xlr, 1 xlr jack, 3 jacks, soit environ 70€ de cable. L’entièreté de mon matos pour enregistrer et produire de la musique m’aura coûté 1220€ et cela fait environ 6 ans que je l’utilise de manière régulière. Bien sur, il ne faudra pas oublier le prix du logiciel d’enregistrement si vous comptez l’acheter :)

Avec tout ce matos, du coup, on fait comment ?

Il faut d’abord installer la carte son sur l’ordinateur. Parfois, les cartes sons s’installent d’elles-même sur l’ordinateur; Si ça ne se fait pas automatiquement, il y a souvent un CD contenant les drivers ou bien vous pouvez dans la majeure partie des cas, télécharger les drivers sur le site internet du fabriquant de la carte son.

Ensuite, il vous faudra télécharger un logiciel d’enregistrement et de montage audio. Là, tout dépend de vos moyens et de votre système d’exploitation (Windows, Mac OS, Linux…); Vous avez notamment de disponible :

-L’incontournable Audacity, logiciel libre et gratuit. Il est pas mal mais crash de temps en temps. C’est une alternative qui peut dépanner pour l’enregistrement de musique avec peu de piste. Il n’est pas très ergonomique mais est utile quand on a que ça sous la main. Cependant, plusieurs choses font de ce logiciel un logiciel à avoir forcément sur son ordi. Il est notamment doté d’un très bon suppresseur de bruit. Il ets pratique pour supprimer les voix de certains morceaux. Et aussi utile pour enregistrer le son qui passe dans votre ordinateur (ce qui en fait un ami non négligeable pour tout pirate musical). Il m’est déjà arrivé d’avoir une session musical qui plantait à chaque tentative d’export sous Magix. Impossible de le sortir en wav ou en mp3. Audacity m’a sauvé 2 jours de travail avec sa possibilité d’enregistrer le son passant dans mon ordi. C’était pas joli joli mais ça dépanne grave.

Reaper, un logiciel d’enregistrement, d’édition musicale. Il est pratique car utilisable gratuitement même au delà de la période d’essai. Il est plutôt complet avec de nombreux plug in, galère encore un peu avec les fonctions MIDI, pas forcément ergonomique pour celui qui n’a jamais touché un logiciel de montage sonore mais de nombreux tutos français existent à propos de ce logiciel. Cependant, pour un logiciel utilisable gratuitement et disponible sur tout les systèmes d’exploitation, on ne va pas faire la fine bouche surtout que sa version payante ne coute au total qu’une 50aine d’euros avec des mises à jour gratuites. De plus, il plante très rarement ce qui en fait un logiciel plutôt rassurant dans son utilisation. Attention, il est utilisable gratuitement mais n’est pas open source.

Ardour, un logiciel de montage libre disponible seulement sur certaines versions de Linux, sur Mac OS X et qui, installé sous Linux, doit être utilisé avec une carte son compatible pour Linux. Les bidouilleurs informatiques n’auront pas de mal à le faire tourner (tout est possible sous Linux). Assez complet, gratuit, il est intéressant pour ceux qui utiliser Linux ou Mac OS X.

Cubase, Pro Tools, Reason, Magix, et consort sont eux des logiciels propriétaires (donc pas de licence libre), Magix est l’un des moins chers mais est bourré de bug et plante souvent. Cubase et pro Tools sont des valeurs surs mais terriblement chers. Ils sont bien sur disponibles en dehors des réseaux de distribution habituelles mais sont bien protégés. Ils sont efficaces dans leurs fonctionnalités, souvent disponible avec beaucoup de plugins mais on ne les utilisera pas dans ce dossier.

Le logiciel d’enregistrement et de montage peut être couplé avec un logiciel d’instruments virtuels. Il peut être nécessaire pour certains instrument notamment un instrument plutôt compliqué à enregistrer chez soi : La Batterie. Pour cela, je vous conseille Fruity Loops car plutôt pratique. Malheureusement, ce logiciel est cher et les plugins qui vont avec aussi.

Sinon, il y a aussi le logiciel open source LMMS, pseudo Fruity Loops avec une petite base de donnée et pas vraiment simple à prendre en main mais ça dépanne. https://lmms.io/

ENREGISTRER SA MUSIQUE

Avec tout ces outils, vous avez de quoi tenir jusqu’à la fin de vos jours à moins qu’un de ces objets tombent en panne.

Il ne reste plus qu’à tout brancher.

Tout d’abord, commencez par brancher votre carte son, installer les drivers; normalement elle devrait apparaître dans vos périphériques d’enregistrement.

Ensuite, installez les logiciels (Audacity et Reaper).

Ouvrez Reaper, allez dans les options–> préférences –> devices (ou périphérique),

préférence

Vérifiez que dans la section enregistrement (input device) se trouve votre entrée carte son et que la section sortie (output device) est là où vous avez branché votre casque/enceinte.

device

Appuyez sur ok et on commence l’enregistrement.

D’abord il faut insérer une piste audio vierge (insert track). Si besoin, vous pouvez toujours insérer des pistes métronome pour le rythme et éviter de vous perdre.

piste metro

Ensuite armez la piste en cliquant sur le bouton rouge de la piste. Branchez votre instrument à la carte son.

enregistrer

Puis cliquez sur le bouton enregistrer du logiciel.

Et hop !

Pour le mixage, n’étant pas très doué moi-même et étant donné que ça pourrait être un dossier en lui même, voici quelques liens vers des tutos :

http://fr.audiofanzine.com/prise-de-son-mixage/editorial/dossiers/le-mixage-en-12-etapes.html

Pour le mixage et les effets sous Reaper, cliquez sur le bouton (fx) d’une piste, deux fenêtres s’ouvriront, il faudra sélectionner l’onglet Cockos, une série d’effets s’ouvre, sélectionner RealEQ pour l’équalization de la piste. Vous pouvez aussi trouver dans Cockos de la réverb, du pitch, de la compression, du delay…

FX

Vous avez fini de composer vos morceaux ? Vous les avez mixé ?

Passons maintenant à l’export.

Il y a plusieurs types de format audio : le mp3, le wav, le flac, le ogg, le aiff, le wma…

On distingue plusieurs formats de très bonne qualité comme le Ogg (en plus d’être un format libre de droit), le flac (idem, format de compression réversible dont on peut récupérer les fichiers compressés), le wave (format créé par microsoft).

Le MP3 est un format très compressé qui appartient à la société Lame et le format wma est un format windows qui permer de définir par exemple une durée de vie limitée pour les fichiers ou d’interdire les possibilités de gravure, si vous êtes vraiment pointilleux question droit d’auteur.

render

Si vous voulez uploader vos morceaux sur internet, il est conseillé de sortir les fichiers sous mp3, wave et flac afin d’avoir accès à tout les sites.

DISTRIBUER SA MUSIQUE

Vous avez exporté vos morceaux.

Il vous faut maintenant faire la pochette de votre album.

Si vous avez des talents de graphiste, profitez en pour la faire vous-même sinon demandez à vos potes ! Sinon faites comme moi et prenez des photos sur flickr en creative commons by et faites vos bidules !

Passons maintenant à la distribution.

La distribution peut être simple comme elle peut être compliquée et peut prendre un temps fou et beaucoup d’argent. Tout dépend de ce que vous souhaitez comme produit final.

Si vous voulez que votre musique soit pressé en Vinyle, il va falloir vous lever tôt et dépenser pas mal d’argent. En effet, les presseurs Vinyle sont peu nombreux, ont une liste d’attente énorme et prenne cher. Pour l’instant, presser des vinyles chez soi est impossible. malgré ça, il y a une entreprise australienne qui vient de finir de réaliser son kickstarter pour sortir la DRC (desktop record cutter), une machine à découper des vinyles, intéressant mais coute une vraie blinde.. http://www.traxmag.fr/drc-vinyle-pressage-home-made/

Si vous voulez sortir votre musique sur CD, c’est possible et assez facile chez vous. Il vous faut :

-Un graveur

-Des CDs vierges

-Une imprimante

-Du papier normal ou bien autocollant

-Si pas de papier autocollant, des stabilos pour CD.

-Du temps.

Car oui, ça prend du temps de graver soi-même ses CDs. Il faut les faire un par un, parfois réécouter certains CDs dont on doute de la qualité de gravure. Pour les logiciels de gravure, Nero ou CDBurner font bien l’affaire.

Vous pouvez du coup imprimer sur papier votre pochette (une pochette de CD fait généralement 12cmx12cm) puis vous pouvez imprimer un macaron sur du papier autocollant pour le mettre sur le dessus de votre CD avec le nom d’artiste, d’album, l’année de parution, des remerciements ou rien de tout ça. Si vous n’avez pas de papier autocollant, c’est le moment d’utiliser un stabilo !

Un peu de découpage pour la pochette et le tour est joué ! C’est fastidieux mais c’est fait main.

Si vous voulez enregistrer sur cassette audio, déjà, bravo, il y en a peu qui le font. Pour ça, utilisez une chaine qui fait lecteur cassette et CD et mettez y un CD que vous enregistrerez sur cassette. Ça sonnera grave lofi.

-À l’heure actuelle, la méthode la plus simple est simplement de se contenter de mettre sa musique sur Internet en dématérialisé. Pratique pour se diffuser et surtout, contrairement aux autres moyens de diffusion, elle est gratuite ! (hormis le paiement de votre abonnement internet)

Vous aurez à ce moment une liste de site plus ou moins intéressant pour y déposer votre musique, tout dépend surtout de la licence que vous souhaitez mettre sur votre musique et de quel type de communication vous souhaitez faire.

Faisons un petit topo sur les licences que vous pouvez mettre sur votre musique. La licence est le sceau du droit d’auteur que vous mettez sur votre musique, il y en a une panoplie, je ne vais vous citer que les plus connus, il y a des recherches intéressantes à faire ce propos :

-Copyright : Cela veut dire que toute utilisation de vos oeuvres est proscrite sauf dans un cadre privé. La diffusion (radio, internet), l’utilisation, le remix par quelqu’un d’autre que vous doit se faire avec votre autorisation sinon l’utilisateur peut avoir des ennuis. Cela vous laisse maître.sse de toute diffusion, utilisation de votre contenu et limite ce que l’utilisateur peut en faire.

-Les licences de libre diffusion : Il peut s’agir de certaines licences Creative Commons (BY NC SA ou BY NC ND) qui autorisent l’utilisateur de votre musique à diffuser librement la musique mais ne peut soit pas la modifier ou bien la modifier en conservant la licence d’origine et, dans tout les cas, cela se fait dans une utilisation non commerciale des oeuvres.

-Les licences libres : Si vous diffusez votre musique sous ces licences, votre musique est dite musique libre. Il peut s’agir de licence creative commons (BY ou BY SA) ou bien art libre. La musique est alors diffusable, remixable et utilisable commercialement sans l’autorisation de l’auteur du moment que l’on en cite l’auteur. Les licences libres peuvent être aussi « virales » quand la mention Share Alike (modifiable, diffusable sous la même licence) est mise sur l’oeuvre.

-Domaine Public Vivant : Il s’agit de la licence Creative Commons 0 qui permet de mettre les oeuvres directement dans le domaine public vivant. Ces oeuvres sont alors utilisables en toute liberté sans même avoir à mentionner l’auteur.

Toutes les licences sont réversibles par l’auteur si il en est le seul détenteur des droits. Si quelqu’un dépose sa musique sous licence libre, il pourra à n’importe quel moment la mettre en copyright et vice versa.

Toutes ces licences sont aussi à remettre dans le contexte de la loi du pays dans lesquels vous les diffusez. En France, le droit de parenté (citer le nom) et le droit moral sont inaliénables. pour plus d’infos sur les licences Creative Commons: http://creativecommons.org/licenses/?lang=fr-FR

Maintenant, voyons les sites sur lesquels il est simple d’héberger sa musique :

-L’incontournable Youtube/Dailymotion/Vimeo : Uploader ses musiques sur les sites de partage vidéo peut apporter pas mal, notamment sur Youtube. Cependant, Youtube ne donne pas beaucoup de possibilité de licence même s’il s’est mis récemment au Creative Commons By. Vimeo est bien plus cool là-dessus avec la possibilité de prendre la licence de son choix. Le soucis pour ces sites, c’est qu’il y a vraiment une chasse au copyright et si vous souhaitez monétiser votre musique, il vaut mieux éviter que celle ci soit composée de morceaux déjà existant. Les mix ont la vie dure.

-Bandcamp : Ce site est réellement LE site où il est facile et pratique de diffuser sa musique. On peut uploader un nombre illimité de chansons/albums avec possibilité de télécharger le tout d’un coup. Il y a un système de streaming mais aussi un système d’achat de musique, ce qui est fort pratique pour les indépendants. On peut mettre soit un prix fixe au téléchargement, soit autoriser une personne à payer le prix qu’elle veut (0 est possible), soit mettre tout en gratuit. Bandcamp prend une part sur les transactions financières (somme toute assez négligeable) et si vous mettez en téléchargement gratuit, vous aurez une limite de 100 téléchargements par mois sinon il faudra payer pour autoriser plus (il faut bien que la plateforme gagne un peu de thune sachant qu’il n’y aucune pub !). Il est aussi possible de mettre en copyright ou en Creative Commons (on regrettera l’absence de la licence CC0).

-Soundcloud : Un autre site qu’il est bon d’y être. Plus orienté réseau social musical, le site permet de découvrir facilement des auteurs. Il y a une limite de temps d’upload pour un compte gratuit (possibilité d’uploader environ 90 minutes de musique). On peut uploader la musique sous licence libre( pas de cc0 là non plus), aimer des pistes, faire des playlists, partager ce que font les autres, suivre… On peut télécharger gratuitement de la musique, toussa toussa. Le seul soucis avec Soundcloud, c’est qu’il est en ce moment sur la sellette à cause des ayant droits qui se sont plaints du nombre de remix qui pullulent sur le site et qui sont monétisés. Très marqué par les remix, Soundcloud a du faire de nombreuses suppressions de morceau et croule toujours sous les ennuis judiciaires à cause de ça. C’est bien dommage pour une plateforme aussi agréable.

-Dogmazik : C’est un des pionniers des hébergeurs de musique libre. On peut mettre sa musique sous licence libre exclusivement et il y a un gros vivier d’auditeur; le seul soucis, l’ergonomie du site qui est un peu compliqué. Par contre, les admins sont adorables et ça fait plaisir.

-Free Music Archive : LE gros site de musique libre international, malheureusement difficile d’uploader dessus. Il faut au préalable uploader sa musique sur bandcamp sous licence libre ou libre diffusion et leur envoyer le lien par mail. S’ils ont le temps, ils l’uploaderont sur leur site. Cependant, il est toujours sympa d’y trainer car ils font parfois des concours ou des événements participatifs autour du libre que peuvent être rigolo comme remix des oeuvres élevées dans le domaine public.

-Jamendo : Un autre gros site de musique international. Il a subi de nombreuses transformations et est assez pénible à utiliser. Il a une bonne fonction, celle de pouvoir déposer une critique sur un album.

-Héberger soi-même sa musique : Là, il faut s’y connaître en informatique, avoir un serveur privé et il est alors possible de mettre sa musique soi même sur internet. C’est le meilleur système pour avoir un bel internet décentralisé mais ça reste la solution la plus difficile. Ne sachant pas trop comment faire, je vais éviter toute explication et vous laisse chercher de votre côté.

CONCLUSION

Voilà, vous avez enregistré votre musique pour pas trop cher et l’avez mis en ligne sur internet sous la licence qui vous convient. Que reste-t-il à faire maintenant ?

Deux choses : Communiquer et protéger votre musique contre d’éventuel plagiat.

Concernant le plagiat, ce n’est pas compliqué. Gravez votre musique sur un CD avec votre nom d’artiste dessus. Mettez le dans un pli recommandé que vous vous auto-envoyez à La Poste à votre nom. Vous allez le recevoir avec le cachet de La Poste qui fait foi de la date. SURTOUT NE L’OUVREZ PAS car le sceau est une preuve si un jour vous devez défendre la parenté de votre musique.

Concernant la communication, si c’est quelque chose d’important pour vous, il va falloir organiser une campagne. Tout d’abord démarcher les magazines et webzines pour qu’ils chroniquent votre musique et être un minimum actif sur la toile soit sur les réseaux sociaux ou bien les forums de discussion. Il est très difficile de se faire une place dans la communication de la musique tellement il y a de groupes. À vous de voir si cela en vaut la peine et s’il n’est pas tout simplement agréable de produire de la musique dans votre coin.

A partir de là, vous pouvez aussi faire écouter votre musique dans les endroits où vous aimeriez bien faire un concert.

Comme vous pouvez le voir, enregistrer sa musique, ça coûte un p’tit peu de sou mais rien d’insurmontable. Cela demande par contre beaucoup de temps car il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte et à apprendre. Vos premières productions maison sonneront sans doute pas top, ça ne doit pas pour autantvous décourager, c’est avec le temps que l’on prend tout ces outils en main. Il ne faut pas hésiter à faire des tests, enregistrer n’importe quoi, se renseigner. Vous n’avez plus que les contraintes que vous vous fixez vous-même, en total indépendance. Rien ne vous empêche d’à côté aller enregistrer dans un studio pro, histoire de vous intéresser un peu plus aux possibilités d’amélioration de votre son.

Enregistrer chez soi, c’est un luxe que l’on peut s’offrir modestement pour s’aider à composer, entretenir sa créativité. De plus, le ptit matériel d’enregistrement à pas cher peut bien souvent se déplacer où l’on veut, contrairement à une table de mixage 32 pistes. Cela peut aussi servir de matériel de répétition mobile. Sinon, quand vous ne l’utilisez plus, vous pouvez aussi le prêter à un.e camarade musicien.nne qui en aurait besoin.

Voilà qui conclut le dossier sur l’enregistrement à pas cher. Si vous voulez approfondir, lisez les tutos que vous pouvez trouver sur les logiciels que vous utilisez, sur la com’, sur la pratique ou la fabrication d’instrument… Il y a des centaines de choses à tester !!

Publicités

11 réflexions sur “COMMENT PRODUIRE SA MUSIQUE POUR PAS TROP CHER

  1. Bonjour ,c’est cool j’ai déjà enregistré ma musique des petite question à te posé, si je reprend des son une application: créé ces propre son, moi pour la vendre je ne dois pas payé de licence ? L’application en question peu elle être protéger? J’ai fais un rap un bête de son avec cette application peu tu m’aider ? Je veu la vendre à toute l’égalité… Merci.

    • Salut, merci pour ton commentaire. Pour le coup, il faudrait regarder les conditions d’utilisation de l’application que tu as utilisé pour créer ton rap afin de savoir si tu peux faire un usage commercial de ce que tu as produit. Je suppose que oui mais je ne suis pas expert ni juriste dans le domaine, il ne vaut mieux pas considérer ma parole comme sûre à ce sujet. Peut-être peux-tu aller demander sur des forums ou bien directement poser la question aux développeurs de l’application via leur site internet.
      J’espère que ma réponse t’aura aidé,
      bonne journée,
      Monplaisir

      • Oui c est toujours des réponse qui peuvent m’aider, je vais acheter un sampleur la après je la vendrais me faut il une licence pour la vendre?merci à vous.

      • En ce qui concerne la licence, il faut que tu choisisses celle qui te convient le mieux quand tu mettras en ligne ton morceau ou si tu le vends sur support physique (CD, cassette…). Pour le coup, soit tu peux choisir un copyright classique qui limite l’utilisation de ta musique à un cadre privé (comme à peu près toutes les musiques et tous les films sur le marché). Sinon tu peux mettre une licence alternative à ta musique comme une licence Creative Commons. Ces licences sont listées ici : http://creativecommons.fr/licences/
        Cependant, tous les sites d’hébergement de musique ne permettent pas de poser une licence Creative Commons sur ta musique. Bandcamp, Soundcloud, Free Music Archive ou Jamendo le permettent.
        Si tu ne spécifies pas de licence sur ta musique, ça sera automatiquement un copyright classique qui sera déposé sur ta musique. Le choix de la licence n’est pas définitif, tu peux décider à tout moment d’en changer.
        Est-ce que j’ai répondu à ta question ? =)

      • Oui ça m’a aidé je voudrais savoir aussi pour vendre ma propre music que je vais faire avec mon sampleur ci je dois payée une licence pour la vendre ?merci beaucoup

      • Hé bien ça dépend de ce que tu utilises comme musique dans ton sampleur. Si tu utilises la musique de quelqu’un d’autre que tu samples pour faire ta propre musique, il faudra vérifier la licence de la musique que tu utilises. Si c’est une musique copyrightée, il faudra l’autorisation de l’auteur original et peut-être payer pour l’utiliser (ou bien l’utiliser sans le déclarer mais ça peut apporter beaucoup de problème malheureusement). Sinon, si la musique que tu samples est à l’origine sous licence Creative Commons, tout dépendant de la licence, tu auras moyen de remixer le morceau sans avoir à payer.

        Concernant ta propre musique, tu n’as pas besoin de payer pour y mettre une licence, c’est totalement gratuit.
        J’espère ne pas avoir été trop confus =)

      • Non c’est bon, merci parcontre j’ai plein de petite melodie dans une aplication produc ta music j’ai rassemblé sa fait des bête de son quesque tu en penses de ça merci

      • Bonjour, ça va je sais pas ci je vais réussir avec mon sampleur mpx8 je ne sais pas vraiment me servir de la carte sd mon logiciel que j’ai telegarge est complex,de plus je recherche un type pour la fabrication de mes instru, que je pourrais travailler avec pour partager nos idées sur la construction des instrumental merci beaucoup

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s