Xinlisupreme – Tomorrow Never Comes (Le bruit du vendredi – Friday’s noise)

xinlisupreme-tomorrow

(English translation below)

Xinlisupreme est un groupe japonais mystérieux qui ne laisse pas grande trace derrière lui. Ce groupe sort très rarement des albums, ne s’exprime que très peu.

On peut trouver une interview où le groupe répond de manière très sarcastique à l’intervieweur. On y apprend que Xinlisupreme déteste les stars du rock des années 90, notamment Kevin Shields de My Bloody Valentine car il les trouve trop bon et que selon eux, le vrai rock se trouve là où la musique est moyenne.

Il est compliqué de mettre dans une case la musique de Xinlisupreme tellement celle-ci d’album en album est différente. Cependant, s’il y a bien un dénominateur commun à tous ces albums, c’est la distorsion, et dans une certaine mesure, la rébellion.

Sorti en 2002 en réaction aux attentats du 11 septembre, le deuxième album « Murder Licence » est un disque intensément anti américain. Le dernier album sorti chez Virgin Babylon Records (dont on reparlera), quant à lui, est particulièrement à charge contre la politique conservatrice japonaise, notamment leur « single » I’m not Shinzo Abe, Punk rock sursaturé.

Je pourrai parler du dernier album de Xinlisupreme sorti fin octobre 2015 mais je préfère m’attarder sur un autre album sorti en 2002 juste avant Murder Licence, Tomorrow Never Comes.

Alors Tomorrow Never Come est-il lui aussi emprunt d’une forme de contestation ? Hé bien oui, cette fois-ci non dirigée vers les figures politiques mais plutôt vers les figures héroïques du rock. « All you need is love was not true », « Tomorrow never comes », des références évisdentes aux Beatles, « Nameless Song », si je peux me permettre de spéculer, pourrait très bien faire référence à la ghost track de Nevermind de Nirvana nommée « Nameless Endless ».

Le son général de l’album Tomorrow Never Comes est nettement influencé par le shoegaze, le noise rock des années 80 et par la musique industrielle. Et si All you need is love was not true ainsi que le morceau Fatal Sister Umbrella, les morceaux les plus abordables de l’album, sont clairement influencés par le shoegaze de My Bloody Valentine, ces morceaux vont bien plus loin en y intégrant des soli de guitare particulièrement bruitiste, remplissant à leur arrivée cette simulation shoegaze. Car tout ce qui est avant et après ces soli respectent les cadres du shoegaze, nappes de guitare saturées, batterie réverbérée, voix en arrière plan difficile à discerner. Puis quand vient enfin le moment de l’expression personelle par le solo de guitare, celui-ci prend tout le spectre, écrase tout, nous fait oublier, par sa dissonance et son chaos que l’on était en train d’écouter une réplique d’un titre de shoegaze, s’affirmant par la destruction de ce qui aurait pu être une belle balade que l’on aurait écouté puis oublié.

Hormis les deux titres mentionnés avant, les compositions des morceaux sont exceptionnellement étranges et, par la mise en retrait des lignes mélodiques fortes et la mise en avant des larsens fuyards, ferait presque penser à une fusion du noise rock avec une structure jazz. Les lignes rythmiques nous emmènent partout et nul part, jamais décidées à nous faire impulser longtemps.

J’aime particulièrement cet album, même si je trouve toute l’oeuvre de Xinlisupreme incroyable, car je le trouve clairement symbolique. Cet album me dit « J’ai appris de vous, figures héroïques du rock, j’ai compris que je ne serai jamais une star comme vous, maintenant, laissez mon imaginaire détruire ce que vous avez formaté en moi ».

Tout cet album sonne la non virtuosité et possède une forme de sincérité rare. De l’intro de batterie maladroite à la Shaggs de Kyoro à la note moche qui conclut Nameless Song.

Pour écouter l’album sur bandcamp : https://xinlisupreme.bandcamp.com/album/tomorrow-never-comes

_____

Xinlisupreme is a weird japanese band, quiet silencious, with some rare Cds. We can find an interview here where the band respond with a lot of sarcasm.

We can learn here that Xinlisupreme hates 90’s rock stars, like Kevin Shields from My Bloody Valentine, because they are too good and the real rock is where it’s average.

It’s complicated to put Xilisupreme in a genre because the sound of the band change at every albums. But there is one similarity that cross all the songs : Distorsion, and maybe another, the rage.

Released in 2002 as a reaction to the september 11, there second EP « Murder Licence » is anti american. The last album released in october 2015 by Virgin Babylon Records ( we will talk about them again later), has some rage against the japanese conservative politics, especially the single « I’m not Shinzo Abe », heavy distorded punk rock song.

I could talk about this album but I would prefer to talk about an other album released in 2002 just before Murder Licence, called Tomorrow Never Comes.

So is Tomorrow Never Comes filled by some rage against something ? Yes, and against this time no politics but rock stars. « All you need is love was not true », « Tomorrow never comes » are obvious references to the Beatles, and maybe « Nameless Song » too to the Nirvana’s Nevermind ghost track called « Nameless Endless ».

The general sound of Tomorrow Never Comes is mostly influences by shoegaze, 80’s noise rock and industrial music. And if « All you need is ove was not true » and « Fatal Sister Umbrella », the most easy listening songs of the EP, are clearly influenced by My Bloody Valentine’s shoegaze, those tracks go far beyond as the put some crazy noise guitar solo, filling those shoegaze copies. Because what’s before and after those solo respect the shoegaze genre’s rules, warm atmospheric guitar, heavy reverberated drums, vocals in background hard to listen. And when arrive the time of the personal expression by the guitar solo, the solo takes all the sound and crush it, make us forget, by his noise and his chaos, that we were listening to a copy of a shoegaze track that could have been easily forgotten.

Besides those two tracks I’ve mentionned, the composition of the other tracks are pretty weird and, by the put in background of the melodies and the loud feedback, could be some strange fusion of noise-rock and jazz structure. Drums line leads us everywhere and nowhere at the same time, never decided to make us bounce for a long time.

I really love this album because, even if I find the whole discography of Xinlisupreme really incredible, I found this EP really symbolic. This album talks to me and says : « I’ve leant from you, rock stars, and I’ve understood that I will never be a rockstar like you, so now, let my imagination destroy all that you have programmed in me. »

All in this album sounds like non-virtuosity and has a rare sincerity. From the Shaggs-like drums intro of Kyoro to that last ugly guitar note which ends Nameless Song.

To listen to Tomorrow Never Comes on Bandcamp : https://xinlisupreme.bandcamp.com/album/tomorrow-never-comes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s